La narrative et l’accompagnement du couple


Au mois de mai 2010, une jeune femme m’a appelé au cabinet. Elle voulait que je la rencontre avec son compagnon, avec qui elle avait des scénes violentes qui mettaient en péril leur projet de mariage du mois de juillet 2010. je ne vous donnerais pas plus de détails sur leur problématique et leur histoire de vie empreinte de situation douloureuse eu égard l’histoire de ces deux personnes, de ce couple.

Devant le flot de ses paroles au téléphone, je proposais à cette jeune femme de la rencontrer avant de commencer les séances avec son compagnon. L’idée était d’appaiser la situation en ouvrant un espace de parole pour cette jeune femme et en nommant le problème et en externalisant le problème qu’elle m’avait exposé au téléphone. Ce premier travail narratif nous à permis d’ouvrir avec elle un espace ou son compagnon pouvait installer sa part d’histoire. Nous avons fait 3 séances durant lesquelles nous avons travaillé à revisiter son histoire et les moments ou le problème lui avait permis de vivre sa relation autrement. La normalité auquelle elle faisait référence dans sa narrration l’avait conduis à faire des efforts importants pour correspondre aux attentes de l’histoire dominante (principalement familiale) à laquelle elle se rapportait dans chacun de ses actes.

Après ces trois séances avec elle, je lui demandais si elle estimait que le moment était venu d’inviter son compagnon. elle me dit oui. Nous avons pris rendez-vous.

Je décidais de m’intéresser  et de mettre en pratique le travail de  Michael WHITE, Jill freedman et Gene Combs en direction des couples. Après une lecture et une traduction de l’article présent dans le livre « Narrative Practice and Exotic Lives » (White) et le livre « Narrative Thérapie with couples…and a whole lot more! » de Jille Freedman et Gene Combs, j’ai élaboré un plan de séance afin de conduire à bien mes entretiens avec ce couple.

Je vous livre, ici, ce que j’ai utilisé dans ma pratique.

La première séance avec les deux personnes à consister à les accueillir et à expliquer au conjoint le travail que nous avions fait avec sa conjointe, en préservant, dans l’exposer que nous lui faisions, les éléments de confidentialité des entretiens préalables. Après l’accueil, il s’est s’agit d’apprendre à un des deux conjoints, puis aux deux, à écouter suivant une procédure consistant à lui faire modéliser une personne de sa connaissance ayant su l’écouter avec respect et sans jugement de valeur. Une invitation à retrouver un membre de son club. Une fois le processus d’apprentissage de cette posture d’écoute faite, le conjoint se met sur le coté, hors de la vue de l’autre conjoint. Comme il est possible de le faire dans le cadre d’une cérémonie définitionnelle quant on invite des personnes à être des témoins extérieurs. Les consignes sont les mêmes que celles que l’on donne aux témoins extérieurs : Les expressions, les mots, les images, le transport (White) .

Le travail avec le conjoint, à qui l’on va consacrer la séance, va consister à entreprendre une conversation externalisante du problème. L’autre conjoint écoute suivant les consignes données.

Je me suis fixé dans une séance d’une heure, les temps suivant pour travailler : un quart d’heure pour l’accueil et la modélisation faite par le conjoint (la séance suivante le conjoint n’ayant pas fait la modélisation là fait à son tour), deux quarts d’heure de conversation avec le conjoint, et un quart d’heure de narration faite par le conjoint ayant écouté.

ce que j’ai trouvé intéressant c’est l’outil de modélisation utilisé pour l’apprentissage de l’écoute du conjoint qui n’est pas présente dans une cérénomie définitionnelle ou les témoins extérieur reçoivent des consignes différentes. On peut comprendre que cela ne se passe pas ainsi dans certaine cérémonie définitionnelle eu égard le nombre de personne engagée dans l’action.

Je vous livres ci-dessous le déroulé d’une séance :
 

Séance de travail avec les couples – Le rôle du conjoint dans le rôle de témoin extérieur.

 Le déroulement de la séance :

 Il y a une séance qui est consacrée à un conjoint, l’autre tient la fonction de témoin extérieur. On alterne à la séance suivante le rôle du témoin extérieur.

 Le thérapeute explique au conjoint qui va prendre la posture de témoin extérieur qu’il va devoir écouter en étant dans la neutralité. Qu’il doit se focaliser sur les quatre points portant ceux sur quoi il doit focaliser son attention. Le rassurer en lui expliquant que vous le guiderez à partir d’un questionnement. Toutefois avant de commencer la séance le conjoint qui tient le rôle de témoin extérieur doit être interviewé sur sa capacité d’écoute. Pour cela rechercher avec lui s’il connait une personne l’ayant écouté avec empathie, compassion, amitié.

 Il s’agit ici de construire une posture de neutralité en mettant le témoin extérieur en position Méta d’écoute de son conjoint. Vous devez lui apprendre au travers de l’interview cette posture de neutralité.

 Je voudrais vous poser quelques questions sur toutes les expériences que vous pourriez avoir ou vous vous êtes senti écouté et fortement reconnu par quelqu’un, ou profondément entendu, ou reconnue – au sujet de m’importe quelle situation identique.

 Vous excluez de vos réponses les expériences de reconnaissance et d’acception venant de votre conjoint quant vous êtes dans cette position d’écoute.

 Vous vous souvenez d’une fois, d’une expérience ou vous vous êtes confié à une personne, de votre famille, un ami, qui vous a écouté et qui vous a réconforté ?

 Avez-vous une histoire, une expérience – Laisser le conjoint chercher et raconter cette expérience, ce souvenir

  • Associé l’autre conjoint à l’histoire en lui demandant se qu’il ressent ?

 A l’issue de l’intervention sur l’histoire du conjoint passer aux questions portant sur la modélisation du personnage présent dans l’histoire du conjoint:

 Qu’elles sont les mots que la personne à employée, qui ont fait que vous avez ressentis de la reconnaissance ?

 Quelle était la tonalité de cette voix quand la personne parlait avec ces mots ?

  • Quoi dans ses mouvements – que se soit des gestes, des expressions du visage, son maintien, ses actions démonstratives, le rythme de son souffle, ou celui qui –étaient particulièrement conformes à ces mots la tonalité de sa voix 
  • Quelles sont les des expressions de la personne qui ont validé chez vous qui vous étiez synchronisé avec cette personne ?
  • Quelles valeurs ont été exprimées dans les expressions, dans la tonalité, dans ces mouvements qui vous ont permis de vous synchroniser avec les valeurs de cette personne ?

 Des réponses faites certaines étaient très adaptées à ce qui est important pour vous, et à ce qui vous encourageait à parler de ce que vous n’aviez pas parlé. Que ces réponses suggèrent-elles au sujet de la façon dont elle a orienté votre vie ?

 Qu’est-ce que ces réponses suggèrent t’elles au sujet de l’estime que vous avez porté à l’histoire de votre vie ?

  • Qu’est ce que cela nous dit au sujet de ces réponses qui ont donné un sens à la compréhension de qui vous êtes ?
  • Qu’est-ce le contenu de ces réponses vous ont fournies comme informations sur la façon dont la personne a été touché par votre histoire, et par le fait que vous l’aviez choisi pour parler de ce moment critique de votre vie ?

 Qu’est-ce que ces réponses vous ont suggéré au sujet de ce qu’elle voulait pour vous, et au sujet de ce que la personne a espéré comme résultats de votre entrevue avec lui ?

 S’enquérir de la capacité de la personne à tenir la tâche :

 Pensez-vous qu’il serait  maintenant possible que vous preniez la position de la personne et d’écouter la conversation que je suis sur le point d’avoir avec votre conjoint ?

 Assurer la personne de votre soutien au cas où elle ne puisse pas tenir le rôle du témoin extérieur

 Le conjoint prend sa place en tant que témoins extérieur en lui donnant les éléments sur lesquels il doit porter son attention, vous invitez alors, l’autre conjoint à commencer

Commencer l’interview avec le conjoint en mettant en pratique les questions des conversations externalisantes.

 

Publicités
Cet article, publié dans les activités du cabinet, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s